Pamina de Coulon

Parcours à L'L

Sur une proposition d’Antoine Defoort (alors artiste résident sur le « départ ») qui se propose d’être parrain, Pamina de Coulon rejoint L’L et entame, en janvier 2011, une première phase de recherche. En février 2012, Pamina de Coulon présente, dans le cadre du VRAK N°3, une étape de Si j’apprends à pêcher, je mangerai toute ma vie. Suite à cette présentation, décision est prise de passer à la phase de création de ce seul en scène dont la première a lieu en octobre 2012, au festival actOral à Marseille. En janvier 2014, elle entame une seconde recherche à L’L, qu’elle choisit d’intituler : fire of emotions. Celle-ci aboutira à deux création: fire of emotions: genesis et fire of emotions: the abyss. Elle quitte L’L en novembre 2015.

Si j’apprends à pêcher, je mangerai toute ma vie

Durée : 45-50 minutes

Pamina de Coulon se définit volontiers « chroniqueuse-performeuse ».

Chroniqueuse, parce que la radio est son média de prédilection, mais surtout parce que « un chroniqueur est un spécialiste en presque rien sur presque tout, qui prend la parole en son nom, qui donne son point de vue, sans pour autant être un expert en quoi que ce soit ».

Performeuse, parce que « j’amène un peu la ‘chronique’ sur un plateau ou, en tout cas, face à un public immédiat ; pour la transmission directe et l’empathie que cela renforce ».

Que peuvent bien avoir en commun Béring l’explorateur et Pamina de Coulon ? Quelle serait la différence fondamentale entre les USA et l’Europe ? Un espoir éclairé serait-il le meilleur des possibles ?

Si j’apprends à pêcher, je mangerai toute ma vie : un moment d’empirisme existentialiste sur un bout de banquise…

Distribution

Conception et interprétation : Pamina de Coulon

Régie générale : Simon Stenman

Co-production : Piano Nobile – festival “Point d’Impact” (Genève) / montévidéo – centre de créations contemporaines (Marseille) / L’L – Lieu de recherche et d’accompagnement pour la jeune création (Bruxelles)

fire of emotions: genesis

Après Si j’apprends à pêcher, je mangerai toute ma vie et son soliloque aux accents existentialistes, Pamina de Coulon revient pour parler (bien sûr)… du voyage dans le temps !

Un sujet multipiste à « vous froisser le cerveau », que cette artiste prolixe s’il en est entend aborder en se servant de la pensée spéculative propre à la science-fiction, histoire d’appréhender la physique quantique et notre conception de l’espace-temps, mais aussi d’explorer les implications morales et politiques auxquelles on est inévitablement confronté quand l’impossible devient possible.

De l’intimement grand et de l’infiniment troublant donc, pour attiser ce fire of emotions: genesis, qui se développera sur deux fronts linguistiques : français et anglais !

Distribution

Conception et interprétation : Pamina de Coulon

Création lumière et régie : Simon Stenmans

Conseils: Hannes Dereere

Couture: Samuel Dronet et Laurence Drevard

Production: BONNE AMBIANCE. Coproduction:  L’Hippodrome-Scène nationale de Douai/Tandem Douai-Arras.

Pamina de Coulon est accompagnée par L’L – Lieu de recherche et d’accompagnement pour la jeune création (Bruxelles).

© D.R.

fire of emotions: the abyss

Briser le rythme qui exclut la pensée. Voici l’énoncé qui réside au cœur du mur de la pratique de Pamina de Coulon. Une idée centrale au sein d’une cartographie de concepts, attitudes envers les idées et appréhension du savoir comme expérience matérielle du monde. Car chez Pamina de Coulon, la performance est envisagée comme une position théorique. Une manière de donner à entendre, via ce canal monocorde et linéaire de la parole, la complexité et la multitude des idées, souvent entremêlées et juxtaposées dans nos strates abyssales.
Dans THE ABYSS, volet 2 de sa saga FIRE OF EMOTIONS, Pamina de Coulon navigue à vue, habitée par le désir de parler de «grandes choses» comme de toutes nos migrations, à la manière d’une chercheuse engagée et de solidarités, telle une militante qui s’assied parmi les vaincus et les naufragés.

Distribution

Conception et interprétation : Pamina de Coulon

La presse en parle :
Le temps >>>