Anja Tillberg

Emilia Tillberg

& Philippe Buraud

Parcours à L'L

Rencontrés fin 2009, lors des Tremplins, Pépites & co, à L’Ancre à Charleroi (soirées composées de travaux de fin d’études de jeunes diplômés d’écoles d’acteurs de la Fédération Wallonie-Bruxelles), Anja Tillberg, Emilia Tillberg et Sylvain Daï entrent alors en résidence de recherche à L’L, afin de creuser davantage cette première forme, et de développer tant son propos que son écriture. En octobre 2011, après la présentation d’une étape de cette recherche lors du festival actOral à Marseille, décision est prise de passer à une phase de création de cette recherche qui s’intitulera au final : Pourquoi Ève vient-elle chez Adam ce soir? La première a lieu, une année plus tard, au festival actOral également.

En janvier 2012, le trio entame une deuxième recherche, intitulée Les quatre infirmières suédoises en déplacement. Un an plus tard, cette recherche s’arrête de la volonté de son équipe de passer en phase de création (la production verra le jour en 2015, sous le titre 4 Swedish Nurses).

Décembre 2014, Anja et Emilia Tillberg, seules, entament une nouvelle recherche à L’L : The Twilight Zone. Elles sont rejointes, en 2016, par Philippe Buraud.

Anja Tillberg

Née en 1982. Anja Tillberg est diplômée du Conservatoire de Liège en 2009. Ses préoccupations tournent autour des décalages et des troubles qui surgissent dans ce début de XXe siècle où les frontières se dissolvent mais où des murs sans cesse plus grands se dressent.En 2012, avec Sylvain Daï et sa sœur Emilia Tillberg, au sein du collectif Ubik Group, elle signe son premier projet : Pourquoi Ève vient-elle chez Adam ce soir ? Une création issue d’un processus de recherche à L’L.
Depuis lors, elle travaille en tant qu’actrice et créatrice : 4 Swedish Nurses, toujours au sein d’UBIK Group (création novembre 2015, au Théâtre de Liège) ; Ceux que j’ai rencontré ne m’ont peut-être pas vu (création janvier 2016, au Théâtre National) ; De ceci on en parle seulement avec les Lapins (spectacle jeunes publics ; création octobre 2015, à l’Espace Senghor), À quoi rêvent les Fishsticks (spectacle jeunes publics ; création au Théâtre La Montagne magique, avril 2016), Lavomatickx (création septembre/novembre 2019 au Théâtre de Liège), FAS 3 (création août/septembre 2019 au Quai 41). Anja travaille aussi au sein de Nimis groupe depuis 2015. 


Emilia Tillberg

Née en 1974. Emilia Tillberg est diplômée de l’École des Beaux-Arts de Saint-Étienne, en section design/graphisme. À travers son travail plastique, elle expérimente la matière (objet, image et son) et sonde nos espaces de vie : l’urbain (par le « détournement » d’éléments urbains), le quotidien décalé ou encore, les espaces de la mémoire et de l’oubli.

En 2010, elle retrouve sa sœur Anja à Bruxelles, et décide de poursuivre ses explorations dans l’univers des arts vivants, au sein d’UBIK Group, collectif initié par Sylvain Daï et Anja Tillberg, et à travers un premier projet : Pourquoi Ève vient-elle chez Adam ce soir ? Directement en parallèle au travail de recherche plateau pour ce projet, elle crée une bande dessinée, Le journal d’Adam Krassovski (éditée par L’L, avec l’aide à l’édition de la Fédération Wallonie-Bruxelles), qui obtient le deuxième prix du Focus Strip Award 2012 (Bruxelles).
Au sein de l’UBIK Group, elle est actuellement en travail sur plusieurs projets : 4 Swedish Nurses (création novembre 2015, au Théâtre de Liège) ; De ceci on en parle seulement avec les Lapins (spectacle jeunes publics ; création octobre 2015, à l’Espace Senghor) ; À quoi rêvent les Fishsticks (spectacle jeunes publics ; création au Théâtre La Montagne magique, avril 2016), Lavomatickx (création septembre/novembre 2019 au Théâtre de Liège), FAS 3 (création août/septembre 2019 au Quai 41).

 

Philippe Buraud

Née en 1978. Philippe Buraud (à prononcer comme un bureau) a rejoint la recherche Twilight Zone après une audition secrète, nous sommes alors en 2014.
Dans un local ayant (malgré l’obscurité) une vue imprenable sur le jardin botanique de Bruxelles, il manipule des machines. A travers la masse sonore qu’elles produisent, Emilia Tillberg croit distinguer une mélodie en cours de route; elle en est convaincue. Une semaine après, lors d’une longue discussion digressive et décaféinée (Anja Tillberg les avait rejoint), ils s’aperçoivent que tout semble chez lui mener au
Twilight Zone: son âge et sa profession (36 ans alors et architecte encore aujourd’hui), son passage à Enköping (à vélo à travers la Suède) et surtout leur fascination partagée pour la Twilight Zone (et les bandes magnétiques).
Depuis, il accompagne cette recherche d’une dimension inconnue. Une dimension (la cinquième) faite non seulement de paysages et de sons, mais surtout d’esprits. Une dimension sans espace, ni temps, mais infinie…


Recherche en cours 

© Emilia Tillberg
The Twilight Zone

Personne ne pourra mieux parler de cette recherche intitulée Twilight Zone[1] que George Williams[2], auteur de renom, et compagnon depuis des années de Anja Tillberg, Emilia Tillberg & Philippe Buraud dans leur processus.
Bientôt, George Williams signera d’ailleurs un docu-roman[3] sur le sujet. En voici déjà la quatrième de couverture :

Au milieu de la Suède,
ou The Twilight Zone
par George Williams

Qu’est-il arrivé dans la petite ville de Enköping ?
La description de la mémoire et du témoignage comme fraude que fait ici George Williams est passionnante.
Il signe un haletant docu-roman en forme d’enquête à partir d’une anecdote qui, au départ, semble tout à fait banale mais nous amène jusqu’au complot et à la découverte d’une importante liaison téléphonique entre l’URSS et les USA.
Écrite suivant une structure non conventionnelle où plusieurs voix différentes dessinent les portraits des protagonistes, Au milieu de la Suède, ou The Twilight Zone est une docu-fiction sur la conspiration du hasard. La fiction et l’Histoire.

George Williams, dans une interview accordée au journal Le Crépuscule (à ne pas confondre avec le quotidien belge, Le Soir) :
Ce qui est intéressant dans notre histoire, c’est d’arriver à ce que la proposition qui l’amène et qui la représente permette de changer très légèrement notre manière de percevoir les choses. Ce n’est pas la question du vrai ou du faux. C’est la question du vraisemblable, du possible et de toutes les pistes que cela ouvre entre les deux.

Prochainement, sortie du film tiré de l’œuvre !

 

[1] La Twilight Zone est une zone de passage entre la nuit qui s’achève et le jour qui commence, une heure où la lumière rend invisible la ligne d’horizon et efface ainsi la frontière entre la mer et le ciel. C’est aussi le nom d’une série des années 1960 (devenue culte depuis) dont, tout au début, il y a très longtemps, nous voulions nous inspirer, extraire de la matière première et en faire un concept pour notre recherche. Puis, ces dernières années, après avoir tout d’abord décortiqué l’écriture des épisodes originaux, décomposé ses mécanismes, il ne nous est plus resté de trame, de scénario, de suspens, de personnages. Nous avons tué notre concept ! C’est, ensuite, en écrivant « notre propre épisode » que nous sommes entrés dans une AUTRE Twilight Zone. Et ce que nous avons trouvé d’encore plus excitant, c’est de toujours tenter de nous trouver dans cette zone d’incertitude où nous ne savons plus nous-mêmes ce qui existe ou n’existe pas, ce que nous avons inventé ou avons cru vivre, ce que l’on nous a raconté ou ce que nous nous racontons, qui nous sommes ou pourrions être…

 Anja Tillberg, Emilia Tillberg et Philippe Buraud

 

[2] George Williams n’existe pas.

[3] Livre qui n’existe pas encore donc, mais qui pourrait potentiellement exister.