Ludovic Drouet 

Texte de fin de recherche

La part du chien, suivi de La part du loup
Recherche à L’L
janvier 2017 – avril 2020

Recherche terminée

© D.R.

 

L’ennemi et les galaxies adversaires

« Selon Marx, le hasard est une nécessité dont on n’a pas pris conscience. Pour ma part, il s’en est fallu de peu… des accidents de voiture, des naufrages de tout type, des attaques au petit jour…

Thomas Mann écrivait : Des aventures de la chair et de l’esprit qui ont élevé ta simplicité t’ont permis de surmonter dans l’esprit ce à quoi tu ne survivras sans doute pas dans la chair.

Je suis né en 1989, un vingt-huit août, le jour de la saint Augustin. Enfant, nous habitions un taudis qui donnait sur un boulevard. Depuis, j’ai travaillé comme balayeur pour l’église de Paris, j’ai tenté d’animer des ateliers lecture au Centre carcéral de Meaux et fumé beaucoup de cigarettes à la clinique de La Borde.

J’ai aussi suivi des études de mise en scène à l’INSAS. Il y a eu la rencontre avec Martine Wijckaert ; ça a été quelque chose. Au début de l’un de ses ouvrages, elle dit : Je n’ai pas de mari. Je n’aurai pas d’enfant. Je ferai la guerre.

J’ai été cambriolé en 2014. Outre les bibelots, c’est mon ordinateur qui contenait l’unique version de sept années d’écriture qui a disparu. Presque par hasard. Je ne l’ai toujours pas digéré. À cette époque, je m’intéressais beaucoup à Hermann Nitsch.

Ce n’est qu’il y a peu de temps, un an peut-être, que s’est manifesté le besoin de me pencher sur un autre pan de l’histoire de la violence : la figure de l’ennemi, l’envers tragique de la Bonne Nouvelle. Partant du demi-postulat que l’ennemi était peut-être le champs de gestation d’une transcendance autant que le creuset de son collapsus, j’ai déposé un dossier de candidature à L’L. »

Ludovic Drouet

Biographie

Parcours à L'L

Suite à un dépôt de candidature, Ludovic Drouet a entamé sa première recherche à L’L en janvier 2017. Celle-ci prend fin en avril 2020.

Ludovic Drouet est né en 1989. Il est auteur et metteur en scène. Après avoir passé quelques années à fréquenter les bas-fonds de sa ville natale, il présente à vingt ans son premier spectacle, Le Royaume (ce qu’il m’en reste). Un spectacle de départ, un au revoir à la ville.
De 2009 à 2011, il anime des ateliers d’écriture et de théâtre avec des détenus au centre carcéral de Meaux-Chauconnin.
Entre 2012 et 2019, il accompagne de manière régulière des adultes psychotiques et anime avec eux des ateliers de théâtre à la clinique de La Borde.
Il rentre à l’Institut National Supérieur des Arts du Spectacle de Bruxelles (INSAS) en mise en scène en 2012. Il en sortira diplômé avec distinction en 2016.
Son premier moyen-métrage, Le film, réalisé avec François Rapaille, a été diffusé en juillet 2017 aux rencontres de Laignes.
En février 2017, il entame une recherche à L’L | chercher autrement en arts vivants, sur la notion d’ennemi et de « galaxies adversaires ».
En avril 2018, il met en scène son texte Trilogie de Rome au Théâtre La Balsamine à Bruxelles.

Il est également, avec la complicité de Chloé Despax et Nora Boulanger-Hirsh, auteur de fiction radio pour Radio Panik et la RTBF. De cette collaboration, sont nées les pièces Météore, Meute (toutes deux prix SACD en 2019) et Bunker (encore en cours de montage).
Début 2019, il fait une excursion dans le Finistère pour le festival Longueur d’Ondes où il présente Si les terres ne finissaient pas, spectacle radiophonique écrit par et pour les habitués d’un bar de nuit breton, haut-lieu de la vie de quartier brestoise.
Il collabore ensuite à la dramaturgie du Chœur d’Ali Aarass, mis en scène par Julie Jarozewski au Théâtre National de Bruxelles, en avril 2019.
Depuis début 2020, en dialogue avec le Centre des Écritures Dramatiques de la Fédération Wallonie-Bruxelles et le Centre des auteurs dramatiques du Québec, il travaille à l’écriture de Des étoiles, un texte sur les Enfants de la lune. Ces enfants sont atteints d’une maladie héréditaire très rare appelée « X.P. » qui leur interdit toute exposition au soleil sous peine d’y laisser la vie.
Il écrit également et a commencé les répétitions de son nouveau projet, Le paradoxe de Billy.

© Pierre Liebaert